Jean-Claude CHEVREL

mediumNé en 1944 en Bretagne (même si mon chapeau n’est plus rond, j’ai bel et bien une tête de breton !…), mes premières armes photographiques se situent à une époque où les pénuries de l’après-guerre avaient amené mon père à ressortir un matériel de développement photos antédiluvien pour pouvoir tirer parti des deux ou miliales annuelles relatant les avatars et étapes de ma courte (à l’époque!) existence…

Je pense, en cette occasion, avoir, un jour, malencontreusement accompagné un papier bromure dans la cuvette de révélateur ce qui a développé chez moi un goût non contrasté, mais bien fixé pour l”image, ténébreuse alchimie de virtualité et de réalité.

Photographe autodidacte depuis… quasiment toujours, je me suis, sans coup férir, affranchi de toutes les rigueurs et contraintes d’un “académisme” de bon aloi, pour n’en faire qu’à ma tête (ou plutôt à mon oeil !) et offrir au lecteur des images authentiques, non frelatées, empreintes directes de ma sensibilité.

Faire de « belles images », au sens graphique de la photo, n’est, dans ma démarche, qu’un faire-valoir pour attirer l’attention du lecteur, l’inviter à outrepasser cette façade extérieure, et se perdre (ou se retrouver) dans l’émoi qui a conduit mon index à appuyer sur le déclencheur.

Cette notion de « belle image » est pour moi, similaire à la belle reliure d”un livre: la valeur ne se situe pas dans l’emballage mais dans le contenu, non dans le côté apparent des êtres ou des choses, mais bien dans leurs facettes cachées.

Pouvoir transmettre des émotions, des ressentis, parfois informels, au moyen d’un simple “passage d’images”, simplement, sans recadrage, sans artifice, est mon luxe.

Chevrel Jean Claude